Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Saroune
  • : pas de poésie mais quelques mots posés sur le coin d'une feuille, un soir d'inspiration.
  • Contact

Archives

15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 01:48
Transparence délicatement moirée de soleil
jeux de superpositions
Et de lumières
Fusion des matières

Nul oeil n'a encore percé son mystère
Aucune main jamais touché son existence
Rien ne dérange
Cette ordonnance glacée

Douce chaleur fondante
Qui goutte à goutte se joue
De cette architecture étoilée
Cathédrale de verre éphémère
06/06
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 01:45
Tendre matin
Qui s'effiloche encore de rosée
Azur bleuté d'une clarté incertaine
Les ombres pâles reculent sous le charme
Lente transition du jour
Et de la nuit
Bientôt le fracas des armes
Prendra le pas sur le chant des oiseaux
La nature reprend vie
Au rythme des gazouillis.

Mais sur l'heure les détails se précisent
Impalpable moment où la nuit ne devient
Plus qu'une ombre parmi tant d'autres.

Alors la sentinelle se redresse
Un autre jour commence
En ces terres de combats. 

24/10/07
Partager cet article
Repost0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 01:38
Un nom. Trois syllabes fluides
s'accrochent à mes pensées,
Un tourbillon d'images
qui me submergent.

Un nom. Fourmillement famillier
Là. Juste là.
Au creux de la colonne;
                  Brusque envie
                  De risque
                  Besoin impétueux
                  De mouvement !

Trois syllabes. Kaléïdoscope de souvenirs
Et d'avenirs ?
Associations de flashs

Bolide noir. Puissance contenue
Fendant l'air tel l'aigle
Sur sa proie.

Un nom. Trois syllabes
Evocatrices de plaisirs
De passion. De fantasmes presques ___
07/05
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:19
Petit sentier
Escarpé
Rocailleux
Lourdeur des chaussures
Enneigées de poussières
Difficile pesée du sac sur les épaules
Meurtries par la route accomplie
Fatigue du souffle
Souffrance des muscles
Les minutes s'écoulent
Comme la sueur
Perles lentes et sinueuses
Au creux d'un virage
Un peu de fraicheur
Par endroits
Au détour d'une racine
L'éperon solitaire
L'aboutissement
Enfin
Large espace emperlé de nuages
D'étincelles glacées
Océan d'émotions
Et de plénitude
3500 mètres d'efforts
Et d'altitude.
06/06
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:17
Etincelle fluide
Traçant sur l'alsphate
une ligne parfaite
 
Légèreté des courbes
Harmonieuses
Qui parlent au coeur
Promesse de vitesse
 
Nul n'est indifférent
Lorsqu'elle se joue du vent
Chaleur rassurante
Puissance maîtrisée
 
Le plaisir des sens
A l'état brut_
juin 06
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:16
Batir
Espace
Espace vide
Pierres
Extraites des carrières
Sueur de taille
Larmes de l'Homme
Pierres qui montent
Petit à petit
Pierres taillées
Montées
Et surmontées
Vers l'immense
Se rejoignent
Enfin
Et l'espace se remplit
De Voix, de Chants
De Silence
Et la sueur devient
Lumière
Et les larmes deviennent
Prières
Et Dieu est là.
 
 
Batir (bis)
Pièce vide
Sans acteurs
Un murmure, quelques pas,
Et quelqu'uns se mettent en marchent...
D'horizons différents
Chacun à son rythme est venu
Sac pesant sur le dosPélerins d'un jour
Pierres du chemin et pieds
Ne font pas bon ménage
Et lorsque tous sont là
Réunis...
Paroles
         Gestes
                  Esquisses de personnages
S'entrainent les uns aux autres
 
Et la vie jaillit du texte
Que l'on croyait sans âme
Et quelqu'uns deviennent
Unité
Et le texte devient
Parole
 
Conques, 15.08.05
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:14
 
Une heure pour tout décrire !
Un matin comme un autre
Au sortir de la tente
Quelques salutations vaseuses
Souriantes, sentant la nuit courte
Un regard, une table
Foisonnement
      de bols,
           de cuillères
                   de café
                       de sourires
                                de pain
                                    de chocolat
                                             de rires
Arrivée des uns
                     Douche des autres
Premières gorgées
                     Premiers échanges
 
Confiture
         Pain
            Thé
               Beurre
                   Chocolat
                        Croissants
                                  Café
                                     Nutella
Et tout s'enchaine
                   Vaisselle
                         Douche
                             Rangement
                                  Laver les dents !
Et la journée commence...
 
Une heure,
Et tout est là :
Les uns, les autres, le groupe, la troupe
Eux, moi, nous, ensemble
Une seule trace sur le sable des jours.
Aurillac, 22.08.05
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:11
Croiser quelqu'un du bout des yeux
Saisir au vol les mots qu'il a laissés
Et puis m'arrêter, me retourner vers lui
Le regarder d'abord, étonné qu'il soit là.
 
Et puis choisir de m'approcher
Pas à Pas, mot à mot
Il a beau me contester
Il faut que j'ose sa présence
il me faut exister un peu plus, un peu mieux.
 
Je t'aime, je crois, un peu plus qu'il ne le faut
Il y a derrière toi bien plus que toi-même.
Cette patience où tu me reçois se terre là
au creux de l'amour où tu guettes le monde
 
J'étais sauvage, je suis apprivoisé
J'étais seule, je deviens ton amie.
1989
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:09

Vaste plaine où le vent ondule
Et s'enroule dans les hautes herbes
Vaste plaine, étendue mouvante
Et silencieuse...

Roulement sourd, grondement rythmé
Dans le lointain.
Les étendards, étouffant mouvement
Immobiles sur les hauteurs

Montée en puissance du silence
Vague grondement qui s'amplifie
Angoissante immobilité
De l'horizon.

Quelques cris enfin, plus distincts
Remous improbables de la lande
Reflets insolents
Du soleil levant.

Foule ruisselante et majestueuse
Puissance contenue
Nouvel horizon scintillant
Marche éclatante des guerriers_

Aix en Othe, juin 2003

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 17:08

Lent balancement
des feuilles
Bruissement légers
des branchages
Discrets craquelements
dans le sous-bois

Pause, soudain
Retenue de souffle
Menacante parenthèse
De silence

Déchirures, fracas de branches
Qui s'effondrent
Affolement des feuilles brisées
Ecrasement de la terre battue
La forêt plie, malemenée
Les guerriers passent.

16/02/04
Partager cet article
Repost0